Partagez | 
 

 (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Lorcan O'Donahue
#LOUP — Y ES-TU ?

avatar
#LOUP — Y ES-TU ?
▼ Crédit Avatar : (c) SWAN

▲ Bavardages : 24

MessageSujet: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 17:06


Lorcan O'Donahue

I walk through the valley of the shadow of death. I fear no evil because I'm blind to it all.


Informations Générales



IDENTITÉ : Lorcan O'Donahue.
SURNOM / NOM DE CODE : Pas en particulier.

ÂGE : 116 ans, d'apparence 39.
DATE & LIEU DE NAISSANCE : Le 14 janvier 1902, à Limerick, en Irlande
NATIONALITÉ : Irlandaise.

SITUATION MATRIMONIALE : Célibataire.
ORIENTATION SEXUELLE : Pansexuel.

METIER : Sentinelle pour la meute, menuisier pour les humains.
LIEU DE VIE : Avec les siens.

AVATAR : Michael Fassbender.
CREDIT AVATAR : BABINE.


Parlons un peu de toi


CARACTERE : Impulsif, borné, rancunier, jaloux, possessif, cynique, joueur, charmeur, observateur, impatient, loyal, droit, juste (à sa manière), protecteur, arrogant, violent, taquin, prédateur.

Lorcan, c'est un caractère fougueux, explosif. C'est un caractère difficile à cerner, une bombe qu'on ne sait désarçonner. Il fut autrefois jovial, autrefois ouvert mais les épreuves de la vie, les pertes, ont terni son caractère jusqu'à ce que la bête préfère montrer les dents et attaquer pour ne plus souffrir. Il est brusque, se fichant de faire du mal, tant qu'il attaque en premier. Pourtant, ce n'est pas que cela.
Il sait être social, tout d'abord avec sa meute qu'il traite avec une douceur qu'on ne lui connait que rarement. Et il aime avoir des amis en dehors de la sphère familiale, cependant, beaucoup le voient comme un simple connard à ne pas approcher. Alors avec le temps, il n'a plus cherché à se battre contre les "on-dit" et accepte le rôle qu'on lui a donné. Il sourit et balance une vulgarité. Il grogne et demande de dégager. Lorcan maintenant, c'est un connard, un mec prétentieux, vulgaire et arrogant. C'est devenu sa carapace, sa manière de se protéger.

Pourtant, Lorcan est tellement plus que cela. Quand on va plus loin, qu'on gratte cette première couche, on découvre un gars un peu moins violent, un peu plus agréable. Qui discutera. Qui aidera. Un gars qui écoutera, qui sera un bon ami si on lui laisse une chance.
Parfois encore, s'il n'est pas d'une humeur de chien, il pourra montrer une autre facette. Celle d'un homme vivant. Il sera joueur, prêt à des joutes verbales sans agressivité, prêt à écouter d'une autre manière. À écouter comme le barman de l'autre côté, sans entrer dans la vie de l'autre. Cette autre facette, c'est aussi celle d'un homme charmeur, toujours un peu brusque et parfois maladroit. Mais qui sait blaguer, qui sait s'approcher subtilement (ou pas), placer sa main sur son cou et le rapprocher brusquement pour lui faire goûter le bourbon dégueulasse qu'il tient en bouche.
Lorcan est un gars très têtu, qui fera tout pour avoir ce qu'il veut. Son impulsivité ne l'aidera pas à parfois, prendre de mauvaises décisions. Son impatience le poussera à faire des choses encore plus stupides encore. Il a le ticket gagnant pour atterrir toujours dans de mauvaises situations.

C'est un gars loyal, droit, juste dans sa conception de la justice. C'est ce qui lui a permis un si beau parcours dans l'armée. Très protecteur avec ceux qui comptent pour lui, il est entier dans tout ce qu'il fait et la chute est d'autant plus difficile lorsqu'on le trahit. Il souffrira de cet acte mais gardera une grande rancœur à leur encontre. Il ne cherchera pas toujours la vengeance. Il oubliera parfois simplement leur existence.

Il ne faut pas oublier ce qu'est Lorcan, ce qui forge le noyau de son caractère. L'animal est toujours tapi dans l'ombre. A amplifier son agressivité, son impulsivité. Il ne faut pas oublier que Lorcan est le prédateur. Qu'il a vécu dans un milieu où ses instincts ont toujours été à vif et que pour survivre, il a dû utiliser cette capacité. La guerre a cassé quelque chose en lui. Elle lui a pris son humanité. Il est rongé par les horreurs qu'il a vues et du faire. Il se refermera comme une huitre lorsqu'il entendra quelqu'un rigoler du malheur des autres. Il cognera d'une violence inouïe celui qui osera s'en prendre à plus faible que soit. Il se figera, le regard dans le vide, perdu avec ses vieux démons. Il observera toujours autour de lui, prêt à se retrouver face à une menace. Il est encore là-bas, par instants. Sa plus grande peur est la perte de contrôle. La vue du sang excite cette partie sombre en lui, cette bête qui rôde dans sa tête.  

PARTICULARITÉS : Les cicatrices habillent son corps, marquent sa peau d'un passé difficile, de chaque victoire et chaque défaite. Toujours il s'est relevé et elles paraissent tellement naturelles pour lui. Le tatouage qui lui a été imposé à son entré en ville lui déplaît pourtant, l'a fait grincer des dents.



Be careful of the... race


Ce personnage est-il un membre de la meute ou bien un cabot ? Pourquoi ? :
Lorcan n'est rien sans la famille. Il n'est rien sans une meute. Un élément seul est faible alors qu'une unité d'individus dresse un mur infranchissable. Il est entré sur les terres de Praedam Hill en sachant ce qu'il devait faire, simple cabot isolé. Il a passé les épreuves sans fléchir, sans grimacer une seule fois et a émis son souhait de rejoindre les sentinelles très rapidement. Il a finalement rejoint les trois autres membres, fier de ce rang qu'on lui avait accordé. Il dévoue sa vie entière pour sa meute, pour leur protection et leur bien-être.

A-t-il déjà mordu ou tenté de mordre quelqu'un pour le transformer ? Pourquoi ? : Il n'en a jamais ressenti le besoin pressent. Il sait aussi les conséquences de ce geste impardonnable et refuse de faire vivre la perte d'un être cher à quelqu'un d'autre. Il s'est promit de ne jamais perdre le contrôle.

Que pense-t-il du Dôme et de Praedam Hill ? : Une vulgaire blague. Mais il s'en doutait, il avait vu les hommes s'entre-tuer, se mettre en cage. Il a bien vu la bêtise de l'être humain, la peur de cette race face à l'inconnu, face à quelque chose qu'ils ne peuvent contrôler. Ils tentent de les tenir en laisse, de les contrôler mais Lorcan sait parfaitement comment tout cela va se finir, malheureusement.



Et toi, marionnettiste ?

Je m'appelle Daemon et j'ai 20 ans.
J'ai connu le forum grâce à Davy   et je le trouve perfect.
Mon personnage est un INVENTÉ créé par Moi (Daemon).
Je possède / ne possède pas de double compte, et c'est Premier compte.
Le mot de la fin : !




Revenir en haut Aller en bas
http://callme-legend.forumactif.com/t243-lorcan-i-m-burnin-like-
Lorcan O'Donahue
#LOUP — Y ES-TU ?

avatar
#LOUP — Y ES-TU ?
▼ Crédit Avatar : (c) SWAN

▲ Bavardages : 24

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 17:07


Raconte nous ton histoire

All the youth in the world will not save you from growing older


Lorcan est né au début du XXeme siècle dans une Irlande commençant à s'éveiller. Sa mère travaillait dans une usine textile alors que son père servait fièrement le pays. Il grandit paisiblement dans une famille aux revenues moyens qui ne se plaignait pas, vivant de l'amour et du soutien du village. Sa famille ne s'étendait pas juste à ses parents. Sa famille regroupait tout le village. Ce dernier avait la particularité d'abritait des loups-garous. Terribles bêtes sauvages qui s'étaient posés en harmonie parmi des humains pour y vivre en meute. Cependant, leur secret était bien gardé par la communauté humaine. Lorcan apprit à ne pas se transformer en dehors du village, à ne pas japper lorsqu'il réclamait de l'attention. Il aimait sa vie, douce et paisible. Aucun accident surnaturel n'était à déplorer, tous savaient que leur survie dépendait de leur bon comportement. En juillet 1914, la Première Guerre mondiale éclata. Son père, faisant partit de l'Armée républicaine irlandaise se porta volontaire pour pouvoir défendre les petites nations, prémices de l'indépendance de l'Irlande. Agé de dix-sept ans, il fut pris en charge par les mâles adultes de la meute qui le formèrent à devenir adulte, en tant qu'humain et bête. Il avait émis son souhait de rejoindre l'armée comme son père et était alors entraîné à savoir se battre et à apprendre des valeurs justes. A la fin de la guerre, son père revint au pays. Malheureusement, la paix ne dura que très peu de temps.

Une année plus tard, ce fut le pays qui se déchirait, réclamant son indépendance. Une nouvelle fois, son père se porta volontaire avec d'autres hommes du village. Encore une fois, Lorcan n'eut pas la possibilité de le rejoindre. Son père lui demanda de jurer de protéger sa famille jusqu'à son retour. Alors le garçon obéit, prenant soin de sa mère et de la meute. Il éduqua les louveteaux, protégea les plus faibles et prit soin des malades. Il fit de son mieux pour respecter les volontés de son père en attendant de ses nouvelles chaque jour. En 1920, il apprit la mort de son père au combat. Lorcan pleura sa mort et celles des autres hommes morts avec le reste de la meute. Le plus rageant fut que la guerre se termina un an après sa mort, qu'il aurait pu revenir s'il avait tenu une année de plus. Plusieurs années passèrent et Lorcan grandit, prenant doucement les traits d'un adulte. Il restait relativement jeune en âge lupin mais pouvait trouver un travail et se fondre dans la masse humaine. Il put ainsi aider financièrement le village qui manquait cruellement d'homme, peu revenant de la guerre. Il fit plusieurs petits boulots, acceptant ce qu'on pouvait lui donner sans se plaindre. C'est dans un bar qu'il rencontra Calista, femme des pays chauds aux charmes ravageurs. Elle lui plut dès le début et il l'approcha maladroitement. Elle ne le repoussa pas, riant de sa maladresse qu'elle trouvait charmante. Ils passèrent de longs mois à se connaître, sans qu'aucun ne passe le pas. Finalement, Lorcan lui fit rencontrer sa famille la veille d'une pleine lune. Il était sûr que c'était la bonne et pensait qu'elle l'accepterait quoi qu'il arrive. Elle l'accepta, lui et sa bête. Elle accepta sa meute. Elle accepta son amour. Et il l'aima de tout son être.

Calista fut tout de suite accueillie dans la meute. Très vite, la passion les dévora et ils décidèrent de se marier, malgré les craintes de sa mère. C'était une simple humaine et sa mère avait peur de ce qu'il pourrait lui faire. Mais Lorcan ne comptait pas lui faire de mal, il l'aimait. C'était inexplicable, c'était l'amour. Quelques années plus tard, ils voulurent construire leur propre famille. Ils se connaissaient depuis maintenant sept ans et elle ne s'était toujours pas enfuie. Dès que les tests furent positifs, Lorcan se montra très protecteur avec elle. Il surveillait tous ses pas, de peur qu'elle tombe. Il devenait aussi plus possessif en grognant sur toute personne l'approchant, les femelles lui tapaient souvent gentiment le nez pour qu'il arrête. Calista en riait avec douceur, trouvant ce côté animal attachant. Il n'y croyait toujours pas qu'elle n'ait pas eu peur de lui en le voyant se transformer en monstre. Elle lui avait simplement demandé si elle pouvait le caresser. Une femme incroyable. Sa femme. Elle donna naissance à un adorable garçon qu'ils nommèrent Aslan, petit loup comme son père. Il les aimait tant. La fierté grondante d'être le père, d'avoir créé sa famille. Jamais il ne voudra que ce bonheur ne se finisse. Que cette image se ternisse.

Le monde ne serait jamais en paix. Premier septembre 1939, la Seconde Guerre Mondiale éclata. Preuve que les humains ne pouvaient cohabiter ensemble sans se déchirer. La neutralité de l'Irlande n'étonna pas Lorcan qui pourtant, voulait aider son prochain, des minorités opprimées. Mais il ne pouvait se permettre de quitter sa famille, son fils qui grandissait doucement. Ses doutes le tourmentaient avant qu'il ne prenne sa décision. Il décida de suivre les traces de son père, s'excusant auprès de Calista en lui promettant de revenir. Elle lui rétorqua tristement que les promesses n'étaient jamais tenues, emmenant à la mort plus qu'aux retrouvailles. Mais sa décision était prise, il devait le faire. Il avait toujours voulu cela. Déjà implanté dans l'armée irlandaise, il se porta volontaire avec un petit groupe pour aider des civils sur les terres occupées. L'Irlande, qui se disait neutre, montrait dans la pratique un penchant pour les Alliés en menant quelques opérations contre les Allemands. Lorsque ses troupes retournèrent au pays, il se glissa parmi les Français pour continuer d'aider de l'intérieur. Très vite, les Américains vinrent sur le territoire pour faire reculer l'ennemi et Lorcan y participa. Ce fut violent, ce fut destructeur, dévastateur. Toute cette violence, ce sang fit réveiller en lui quelque chose de profondément enfoui. La bête gronda, l'appel de la chasse. Vivre ne voulait rien dire, en ces lieux, il fallait survivre. L'ennemi était bien caché et ils étaient trop exposés. Il fut spectateur du massacre de ses collègues. La colère et la peur prirent le pas sur la raison. Il plongea, perdant la notion de la réalité. Lorsqu'il reprit pied, il était entouré de cadavres, là où se mêlait le sang de ses alliés et de ses ennemis. Lorcan réalisa avec horreur ce qu'il avait fait et fui le plus loin possible. Malheureusement, il croisa des ennemis comme des civils et une nouvelle fois, il fut submergé par trop d'émotions qui le plongèrent dans un état second, la bête à l'état pur. La dernière chose qu'il se souvint fut de voir l'immeuble qu'il parcourait s'effondrer sous ses pieds.

Lorsqu'il se réveilla, il était dans un lit d'hôpital et reconnu sans peine l'odeur de Calista. Il la prit dans ses bras bien vite, retenant avec difficulté ses larmes. Il ne pensait jamais revenir. Une partie de lui voulait mourir en combat après les choses qu'il avait faites mais une autre voulait simplement revenir auprès de sa famille et tout oublier. Le destin avait décidé pour lui qu'il continuerait à vivre. Lorcan parla avec elle durant de longues heures, lui expliquant vaguement certaines choses, simplement heureux de la revoir. Il put revoir son fils qui avait bien grandi depuis son départ. Ils discutèrent peu de temps, Lorcan sentant Aslan anormalement froid et distant avec lui. Mais il n'en tient pas compte tout de suite, préférant profiter de leur simple présence. Il resta quelques jours à l'hôpital avant de pouvoir rentrer chez lui. La meute avait évolué durant son absence, de nouvelles têtes et d'autres ayant rejoint les anciens. Il reprit doucement ses marques, bien que plus attentif à aux moindres de ses actions, aux moindres gestes et paroles. Il avait l'impression de pouvoir perdre le contrôle à tout moment, qu'il ne tenait plus sa bête.
Les années passèrent et la vie continuait doucement de s'écouler, il ne manquait de rien. Sa relation avec son fils était timide mais se construisait chaque jour. Il accompagna sa femme jusqu'à sa mort, pleurant son départ mais n'étant pas malheureux pour autant. Il se sentait simplement… vide, étranger à ce monde. Il n'arrivait pas à redevenir celui qu'il était autrefois. Il se rendait bien compte qu'il s'était renfermé, qu'il était devenu plus distant, plus méfiant. Il avait changé et ne semblait plus avoir sa place en ces lieux. Le village était trop empli de fantômes et partout y était inscrit ses erreurs. De plus, dix ans après son hospitalisation et son retour en Irlande, les humains avaient décidé pour eux, créatures surnaturelles que pour leur protection, ils devaient être enfermés. Le village s'était vidé petit à petit et Lorcan eut la mauvaise impression de revivre ce qui s'était passé en Europe avec le tri des Juifs. Mais il ne s'y opposa pas et préféra demander à son fils de partir avant que la Milice ne découvre sa nature. Aslan ne voulut pas au début alors il du insister pour le protéger. Lorcan se fit docile en sachant son fils hors des filets de ces humains capricieux. Il se fit conduire jusqu'à Praedam Hill. Il rencontra la meute qui s'était formée sur les terres du dôme et passa les épreuves. Il prit naturellement la décision de protéger cette meute, rôle qu'il avait dans son ancienne meute et se proposa en tant que sentinelle. Sa force de caractère est physique et son calme apparent lui permirent d'atteindre ce rang. Il restait en retrait, bien que présent dès qu'ils avaient besoin de lui en prenant doucement ses marques. Étrangement, ce changement d'environnement permit à son caractère de se dévoiler, à sa personnalité de se sculpter dans une autre forme. Il réapprit à vivre avec moins de bonheur, moins d'authenticité mais au moins, il était debout.
Cette peur de perdre le contrôle ne le quittant pas un instant. Il a peur de ce qu'il pourrait devenir.




Revenir en haut Aller en bas
http://callme-legend.forumactif.com/t243-lorcan-i-m-burnin-like-
Calixte Jones
#MUTANT — MAIS PAS DEUX ?

avatar
#MUTANT — MAIS PAS DEUX ?
▼ Crédit Avatar : Leria ♥

▲ Bavardages : 164

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 17:23
Oooooh un loup Bienvenue par ici beau gosse

Si tu as la moindre question n'hésite surtout pas à me Mp sous Lawrence ou Ezechiel Et bon courage pour la suite de ta fiche


Fucking World
Revenir en haut Aller en bas
Nina O. Namarov
# I PROMISE YOU
the sun will shine on us again

avatar
# I PROMISE YOUthe sun will shine on us again
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 758

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 17:33
Bienvenue par ici


Revenir en haut Aller en bas
Eva James
#LOUVE — Y ES-TU ?

avatar
#LOUVE — Y ES-TU ?
▼ Crédit Avatar : Moi

▲ Bavardages : 12

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 19:23
Un loup Bienvenu
Revenir en haut Aller en bas
Ariane C. Vasilis
#MUTANTE — MAIS PAS DEUX ?

avatar
#MUTANTE — MAIS PAS DEUX ?
▼ Crédit Avatar : trouvé sur bazzart

▲ Bavardages : 47

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 20:20
Bienvenu ! Bonne chance pour la suite de ta fiche



KEEP GOING
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Nyx F. Williams
# I PROMISE YOU
the sun will shine on us again

avatar
# I PROMISE YOUthe sun will shine on us again
▼ Crédit Avatar : Bibi.

▲ Bavardages : 436

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 20:38
OMG, il est déjà tellement sexy, je meurs


Là où tout commence et tout fini
You got the makings of greatness in you, but you got to take the helm and chart your own course. Stick to it, no matter the squalls ! And when the time comes you get the chance to really test the cut of your sails, and show what you're made of...   ▬ well, I hope I'm there, catching some of the light coming off you that day.

Revenir en haut Aller en bas
http://callme-legend.forumactif.com/t21-its-the-unspoken-truth-o
Maxine Mills
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : UNKNOWN

▲ Bavardages : 94

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 21:02
Bienvenue parmi nous :p
Revenir en haut Aller en bas
Lilian Bell
#TRITON — M'ENTENDS-TU ?

avatar
#TRITON — M'ENTENDS-TU ?
▼ Crédit Avatar : Dandelion

▲ Bavardages : 298

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 22:25
La classitude ptn. Mais les écailles dominent, les poilus s'inclinent
Bienvenue par ici !


ULTRAVIOLENCE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Darwin James
# I PROMISE YOU
the sun will shine on us again

avatar
# I PROMISE YOUthe sun will shine on us again
▼ Crédit Avatar : Lempika

▲ Bavardages : 320

MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    Mar 19 Juin - 22:34
Qu'il est beauuuuuuuuu ! Bienvenuuuuuuue


Illusion is the first
of all pleasures
- Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
http://callme-legend.forumactif.com/t22-be-careful-to-what-you-r
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire    
Revenir en haut Aller en bas
 

(Lorcan) I'm burnin 'like a house on fire, cuttin' like a razor wire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call Me Legend ::  :: Présentations :: Les Validés-