Partagez | 
 

 It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Clarisse A. Danies
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 17

MessageSujet: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 19:06


Clarisse Adaylie Danies

Not a joke, not a dork, not a failure, and she may cry but her tears will dry


Informations Générales



IDENTITÉ : Clarisse Adaylie Danies, elle n'a jamais aimé son second prénom. Elle apprécie néanmoins l'ironie de la douceur de son prénom principal.
SURNOM / NOM DE CODE : Dans le milieu mafieux, elle était connue sous le pseudonyme de Lady Death, surnom pompé sur une vieille héroïne de comics qui a mis son innocence de côté pour devenir Maîtresse de l'Enfer. Ce pseudonyme en a fait blêmir plus d'un, il faut bien l'avouer. En revanche, elle n'est pas réceptive aux autres tentative de surnom, qu'elle n'apprécie pas vraiment. Vous êtes prévenus.

ÂGE : 35 ans révolu, elle glisse doucement vers sa trente-sixième année d'existence.
DATE & LIEU DE NAISSANCE : Elle est née le 14 février 1983 à Los Angeles.
NATIONALITÉ : Américaine, elle porte néanmoins la France en origine par le biais de sa mère.

SITUATION MATRIMONIALE : Si elle a connu la passion dévastatrice du véritable amour, cela fait bien longtemps qu'elle a décidé de ne plus se faire avoir par celle-ci. Grande célibataire, elle ne s'engage que pour un soir.
ORIENTATION SEXUELLE : N'en déplaise à la gent masculine à laquelle elle n'adresse pas un regard, Clarisse est homosexuelle.

MÉTIER : Puisqu'il a fallu qu'elle se réinsère professionnellement à son arrivée dans le Dôme, on lui a laissé la possibilité de mettre ses compétences de combat au service de la population.  Elle gère donc le MM'Aday, un club d'arts martiaux mixtes, plus communément appelé MMA, dans lequel elle est professeure de combat libre. Les locaux sont modestes, mais elle est déjà ravie de pouvoir monter son propre business... légal, cette fois.
LIEU DE VIE : Les locaux de son club ont une partie privée, dans laquelle se trouve le studio de Clarisse, dans une petite rue de Praedam Hill.

AVATAR : Rooney Mara
CREDIT AVATAR : Schizophrenic


Parlons un peu de toi


CARACTERE : Clarisse n'est ni toute blanche, ni toute noire. Sa personnalité, en réalité, se situe dans un large spectre de gris, nuancée par endroit et rigide en d'autre. Personnalité qu'elle espère suffisamment complexe pour attester de son imperfection humaine, ce sont ses rencontres, ses expériences et ses choix qui l'ont forgée au gré des années. Non figée dans le temps, Clarisse évolue, change de temps à autre, parfois imperceptiblement, réceptive aux remises en questions et aux apprentissages de la vie. Mais il demeure une base que la brune ne peut nier, même avec toute la mauvaise volonté du monde. Des traits qu'elle trimballe depuis toujours.

Clarisse n'a jamais été très démonstrative, ni dans ses émotions, ni dans ses réactions. Elle a toujours eu une pudeur, un recul sur les choses ressenties ou vécues, de sorte qu'il n'est pas si simple que cela de savoir ce qu'elle ressent ou ce qu'elle pense. Elle ne montre rien, ou presque. Il n'y a que la colère qu'elle laisse apercevoir, presque comme pour laisser une chance à celui qui se trouve en face de fuir. Mais colérique, on ne peut pas dire que Clarisse l'est. En revanche, elle peut se montrer impulsive et violente, et étonnement susceptible. Ne vous faites pas d'idées non plus, elle se contrôle parfaitement dans les situations qui exigent du contrôle. Mais gardez en tête que Clarisse est rancunière jusqu'à la mort - jusqu'à la vôtre, tout du moins. Non, elle ne pardonne, ni n'oublie. Et ses vengeances, même des années plus tard, sont douloureuses, lentes et agonisantes.

Est-il utile de préciser que Clarisse est dangereuse ? Elle a eu besoin de faire ses preuves dans les milieux mafieux, mais elle a gagné le respect et la réputation qu'on lui a connu avec mérite. Déterminée, têtue et calculatrice, elle sait ce qu'elle veut, comment elle le veut et ce qu'elle doit mettre en œuvre pour l'obtenir. Pourtant, dangereuse ne veut pas dire invincible et les premières failles de Clarisse restent sa trop grande loyauté et son manque de subtilité. Qui aurait pu croire qu'être loyale pouvait être une faille ? Mais la réalité, c'est qu'elle préférera toujours se mettre en danger que d'exposer ceux à qui elle tient et ceux qu'elle respecte. Ainsi, Clarisse a toujours eu la réputation d'être dévouée - que ce soit à son patron, ou à la cheffe de gang de son bloc en prison. Mais dévouée ne signifie pas suivre bêtement. Bien au contraire. Si elle est adaptable, presque trop, Clarisse n'est reste pas moins franche au point d'en être parfois blessante.

Et si l'on creuse encore un peu ? On peut découvrir que Clarisse a une certaine aversion à l'idée de s'en prendre à un innocent, et encore davantage à un enfant Bien caché derrière sa pudeur et son apparente froideur se devine un fort instinct maternel qui peut se réveiller devant certains types de personnalité... mais c'est un visage que la mafieuse prend soin de ne (presque) jamais dévoiler.

PARTICULARITÉS : Outre des cicatrices qui lui strient le corps ça et là, témoins d'un passé mouvementé et de quelques années d'emprisonnement, il s'avère que Clarisse est très douée au combat au corps à corps. Redoutable adversaire, elle avait la réputation d'être particulièrement pugnace et de frapper pour tuer. Elle a toujours eu une certaine aversion pour les armes à feu, préférant ses poings ou des armes contondantes pour régler ses comptes. Clarisse a toujours aimé le bruit que font les os lorsqu'ils se brisent, après tout. Et petit détail qui a certainement son importance, elle n'a aucune répulsion à prendre la vie de quelqu'un et cela, de sang froid.



Be careful of the... race


Les humains se font rares par ici... Pour quelle raison ce personnage s'est-il retrouvé dans toute cette histoire ? : Il y a quelques semaines de cela, elle s'est vue proposer une alternative à sa peine de prison. Condamnée à la perpétuité dans le Minnesota pour plusieurs chefs d'accusation qu'elle n'a jamais cherché à démentir, dont l'homicide volontaire, elle était curieuse de connaître cette alternative. Sur le papier, elle avait le choix entre rester en Quartier de Haute Sécurité, ou être transférée dans une ville de laquelle il était impossible de sortir et cela dans le cadre d'un projet nommé le "projet Sakura". Elle n'a pas hésité très longtemps à choisir la ville, plongeant ainsi totalement dans l'inconnu, mais avec au moins l'illusion de la liberté.

Les humains auraient une aversion pour le bestiaire fantastique... Pense-t-il pareil ou bien son avis est-il différent ? Pourquoi ? : Il a déjà fallu admettre l'existence de ce bestiaire... Jetée dans cette ville en apprenant seulement au moment de s'y installer qu'elle était sous surveillance pour "étudier ses interactions avec des créatures fantastiques", Clarisse a eu besoin d'un petit moment pour prendre au sérieux l'existence des vampires, loups-garous et sirènes. Quant aux mutants, cela avait été médiatisé, déjà, et elle avait déjà eu du mal à y croire. Pour autant, elle s'adapte. Elle n'a aucune aversion particulière, mais elle garde ses distances autant que possible pour le moment, juste le temps de comprendre et d'appréhender les nouvelles informations dont elle dispose. Mais, au fond, dès l'instant où ces créatures lui foutent la paix et la laissent s'installer et se faire une place, elle est tout à fait disposée à les accepter... voir même à se rapprocher des plus puissants pour sa propre survie.

Que pense-t-il du Dôme et de Praedam Hill ? : Même si ça reste une prison, c'est toujours mieux qu'une prison réelle avec ses murs et ses cellules, ses gardiens pourris et ses histoires de gang. Pour le moment, Clarisse pense avoir fait le bon choix en acceptant la proposition du gouvernement. Elle fait profil bas, elle essaie de découvrir et de s'habituer à la ville. Il y a tout ce qu'il faut, ici. Pas de quoi se plaindre, après tout. Pour elle, Praedam Hill, c'est ce qui se rapproche le plus de la liberté.



Et toi, marionnettiste ?

Je m'appelle demoiselle-sans-prénom et j'ai 25 ans.
J'ai connu le forum grâce à facebook et je le trouve parfait, omg   .
Mon personnage est un inventé créé par mon petit cerveau chelou   .
Je ne possède pas de double compte, et c'est très bien ainsi, je préfère rester mono-personnage   .
Le mot de la fin : J'ai déjà hâte de lâcher Clarisse au milieu des monstres   !


Revenir en haut Aller en bas
Clarisse A. Danies
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 17

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 19:06


It's a brand new me

This appeared as a moral dilemma,
but all the angels sing because you're gonna die



Le 14 Février 2011 – Minnesota – Villa de vacances de Matthews Olthing

« Alors ? » Clarisse regarde son patron – Matthew -  en arquant un sourcil. Plus qu'un patron, d'ailleurs, il est devenu un ami, ce type. Une personne pour qui Clarisse pourrait mourir. « Alors quoi ? » Il lâche un rire dépité. « Laaady, ne fais pas celle qui ne comprends pas, hein. T'es plus intelligente que ça. T'as jamais vraiment parlé de toi. Je suis curieux. On finit pas bras droit d'un type qui gère un des plus gros trafic de Los Angeles sans raison, sans vouloir me vanter. » C'est au tour de Clarisse de rire, sincèrement. Un fait rare. « Je crois, au contraire, que tu as eu très envie de te vanter, sur ce coup-là. » Il acquiesce, mais ne lâche pas Clarisse des yeux, avec un regard soutenu. « Putain, mais tu lâcheras pas l'affaire, hein ? » Il secoue la tête, avec un sourire amusé, avant d'allumer une cigarette. « Okay, je te raconte quoi, d'abord ? La longue déchéance de ma famille, avec mon père qui avait tendance à forcer sur la ceinture et ma mère qui était trop conne pour dire quoi que ce soit ? Oh, non, je sais ! Comment j'ai brisé le cœur de la seule femme que j'ai aimé ! » Matthew tire sur sa cigarette, sans la quitter des yeux, levant le bras pour venir lui repousser une mèche de cheveux qui barre le visage de Clarisse.

« T'as un fils. Il est devenu quoi ? » Silence. Long, et pesant. Clarisse fini par lui voler sa cigarette, par se lever du lit, par partir plus loin. Elle garde le silence, et il n'ose pas le briser. Scène qui dure plusieurs minutes, alors que la cigarette se consume et que les souvenirs se heurtent à sa boîte crânienne. « Je ne sais pas ce qu'il est devenu. » Clarisse fini enfin par articuler cette phrase, tout en allant chercher une autre cigarette. « Et j'en ai rien à foutre. » Matthew se relève, vient envelopper Clarisse de ses bras. Elle se contracte, mâchoire serrée. Bien entendu, elle ment. Mais c'est une histoire qu'elle a du mal à raconter. L'histoire de la naissance de son fils. Elle avait quinze ans. Il ne sert pas à grand chose de s'attarder sur les circonstances de la grossesse, ni sur qui est le père, juste un connard qui a abusé d'une gamine bourrée. Juste un 'événement qui a poussé Clarisse à se mettre à la boxe, puis au MMA. Déni de grossesse, découverte à six mois, blâme sur l'adolescente victime, accouchement sous X et les regrets quelques mois plus tard en réalisant que son fils a six mois, puis un an. Un déchirement à chaque anniversaire. « J'en ai rien à foutre. » Elle le répète, pour se convaincre elle-même. Parce que c'est faux.

Un baiser se perd sur la tempe de Clarisse. Matthew ne s'excusera pas d'avoir remué ça en elle, même s'il est désolé. « Okay. Alors, cette fille ? » Elle se retourne, se détend un peu, lève les yeux au ciel, et lui fout la cigarette dans la bouche avant de le repousser et d'aller s'allonger. « Alice. Je l'ai rencontré à 17 ans, je croyais que c'était la femme de ma vie. » Matthew lâche un léger rire. « Je vais vomir. » Elle lui balance un oreiller. Elle a 28 ans, aujourd'hui, mais avec lui elle redevient parfois une adolescente qui passe juste du temps avec son meilleur ami. « Tu vas la fermer, ta gueule ? Si tu veux que je raconte, faut écouter, un peu. Tu crois que je raconte ma vie à n'importe qui, comme ça ? » Il a un sourire clairement amusé, acquiesce, fait mine de fermer sa bouche à clef et de la jeter. « Bien. Alice, donc. Nos 17 ans. On a commencé à faire des petits trucs, des petites arnaques pour se faire de l'argent. Elle était le glamour, j'étais le poing. Et on plumait des types, du genre rencard qui tourne mal. Et ça a duré pas mal de temps, tout ça. Dès que j'ai eu ma majorité, on s'est installées toutes les deux. Nos arnaques étaient de plus en plus élaborées, mais ça restait des trucs de gamins. J'en voulais plus. Je voulais être vraiment riche. Et j'ai commencé à creuser, jusqu'à te découvrir. La suite, tu la connais. »

Il vient la rejoindre sur le lit, pose une main sur son ventre. Leur relation pourrait paraître ambiguë, mais il n'en est rien et c'est très clair pour l'un et pour l'autre. « La suite, c'est toi et tes 23 ans qui me supplient de te laisser une chance. C'est toi qui me sauve la vie pendant une embuscade de ces bâtards de Russes, et qui bute le patron du trafic rival. En effet, je connais la suite. » Elle hausse les épaules, en fixant le plafond. « Je suis partie sans rien lui dire, à Alice. Au milieu de la nuit. C'était pas tellement nos arnaques merdiques, le problème, en vrai. Et elle m'aurait suivi dans le gang, si je lui avais demandé. Mais... La veille, elle m'a demandé en mariage, et j'ai paniqué. Alors j'ai trouvé la première excuse pour soulager ma conscience. J'ai pas eu de nouvelles d'elle, depuis. » Voilà la pathétique vérité. Clarisse, incapable de s'engager même après six ans de relation. Clarisse qui préfère fuir. Tout comme elle a préféré abandonner son fils que d'assumer sa maternité. Elle se voit parfois comme une lâche, et pourtant, ses fuites sont compréhensibles, l'une comme l'autre. Certainement. « Et tes pa... » Matthew est coupé par un énorme bruit qui vient du rez-de-chaussée. Les deux se relèvent en même temps. Clarisse est la première à sortir de la chambre, une batte de base-ball à la main. Et elle les voit. Les flics, dans leur tenue blindée, en train de braquer leurs armes sur les escortes qui accompagnent les membres du gang.

Son sang ne fait qu'un tour, alors que Matthew sort à sa suite, armé. Pour une fois, Clarisse abandonne sa batte, et sort sa propre arme, descendant pour viser le premier flic directement dans la gorge. Elle ne cherche ni à discuter, ni à rassurer les escortes qui ne comprennent rien. Elle se contente de tirer, de tuer, de protéger. Jusqu'à ce qu'un coup de feu bouscule toute sa vie. Elle se retourne vers Matthew, le voit s'écrouler. Ils viennent de l'abattre. Ils viennent d'abattre son meilleur ami, son patron, son âme sœur, son tout. Elle recule, fini par tomber assise sur le canapé, lâche son arme, le regard braqué sur le corps de Matthew. Elle n'arrive plus à réfléchir. Elle ne capte même pas le flic qui la braque, qui lui crie de se foutre au sol. Elle n'a pas le temps de réagir quand un coup à la nuque la fait s'écrouler. C'est terminé. Joyeux anniversaire, Clarisse...


20 Février 2011 – Minnesota – Tribunal

« Veuillez décliner votre identité. » Ils ont réuni un jury pour rien, pense juste Clarisse à cet instant. Elle ne compte pas plaider non-coupable. « Clarisse Adaylie Danies, dites Lady Death, née le 14 février 1983 à Los Angeles, Californie. » Son ton est froid, terne, morne. Elle se tient debout, menottée. Sa seule chance, se dit-elle, c'est d'être jugée dans le Minnesota. La peine de mort y est abolie. « Vous comparaissez aujourd'hui pour les chefs d'accusation suivants... » La liste est impressionnante. Association de malfaiteurs, réunion en bande organisée, extorsions de fonds, trafic d'armes, trafic de drogues, incitation à la violence, violences aggravées ayant ou non conduit à la mort... Elle retient un léger sourire. Ils ont réussi à en oublier. « Que plaidez-vous devant la cour ? » Elle arque un sourcil, plante son regard dans celui du juge. « Coupable. » Un léger silence suit la déclaration. Personne ne s'y attendait vraiment, pas même le commis d'office qui pousse un soupire de soulagement. Il était bien conscient qu'il ne pouvait pas défendre ce dossier. « Je voudrais m'exprimer à la barre. » ajoute Clarisse. Quitte à être condamnée, autant expier ses fautes. Et elle a besoin de témoigner de cette faute-là. « Vous avez oublié un homicide volontaire que je voudrais avouer. »

Elle sait qu'elle risque sa vie s'ils décident de déférer son dossier aux instances californiennes. Mais elle n'a plus rien à perdre. Elle est conduite à la barre, joue le jeu de jurer qu'elle dira toute la vérité, foudroie du regard l'avocat qui se lève sans trop savoir ce qu'il doit demander. « Au mois de Mai, j'ai tué une gamine qui ne devait pas avoir plus de 14 ans. Elle avait été témoin d'un échange d'armes, et d'un passage à tabac, alors mes hommes l'ont attrapée et l'ont conduite dans le hangar. Elle pleurait. Je lui ai brisé la nuque, elle a été démembrée et nous avons enterrés son corps à plusieurs endroits. » Elle donne tous les endroits, un à un, soigneusement. « Ses parents la recherche toujours, au moins ils pourront lui offrir un enterrement digne de ce nom et savoir ce qui est arrivé à leur fille. J'ai terminé. » Son témoignage, lâché d'un ton froid et sans la moindre trace visible de remord, hérisse les poils des personnes qui assistent au procès. Et pourtant, sur cette affaire, elle est rongée par le remord. Mais elle fait honneur à son surnom. C'est sa seule consolation actuellement. Ça, et savoir que les parents de cette gamine pourront faire leur deuil, même si cela sera dur pour eux. Il ne faut pas très longtemps au jury pour délibérer. La prison à perpétuité. Lorsque la sentence est prononcée, Clarisse se contente d'acquiescer, et se laisser pacifiquement embarquer. Elle a la sensation que sa vie est déjà terminée, de toute façon.


3 Mars 2011 – Minnesota – Prison fédérale pour femmes, QHS

Les gangs, en prison, ne sont pas que dans les films. Clarisse a observé de loin, depuis son arrivée, subissant le bizutage sans trop réagir, même lorsque sa colocataire de cellule l'a poignardé pour la beauté du geste. Se faire discrète, dans un premier temps. Elle aura tout le temps du monde de se venger, après tout, elle ne risque pas de sortir le lendemain. Mais, cette fois, il est temps de passer à l'action. Et elle en a marre de se faire voler ses plateaux à chaque repas. Alors, cette fois, elle prend son plateau et va s'asseoir directement à la table de la grande cheffe. Lorsque celle-ci arrive, le plateau de Clarisse vole au sol, et la seconde d'après, la mafieuse est plaquée à la table. Pour autant, Clarisse sourit en levant les mains, comme pour se rendre, la joue collée contre le métal froid de la table, maintenue par la nuque. « Tu voudrais pas rappeler tes toutous ? J'ai une offre. » Hésitation. On fini par la lâcher. La cheffe du bloc, une femme d'un âge mur, nommée Cassandra, la regarde droit dans les yeux. « Tes rivaux ont un plan pour avoir la main mise sur la cocaïne qui circule ici. Le gardien suit. Dans moins d'une semaine, t'es plumée et tes poulettes avec. Et, entre nous, il y a en a certaine dont tu devrais te méfier. » Cassandra se penche vers Clarisse. « Pourquoi tu me dis tout ça ? » La mafieuse arque un sourcil, avant de lever les yeux au ciel. « Parce que si j'ai pas de protection, je crève. T'es mon gilet pare-balle, en fait. Et en échange, je te règle ton soucis de cocaïne ET ton soucis de taupe. Je peux faire mes preuves ? » Simple acquiescement. Clarisse aime déjà cette femme.

Sans rien ajouter, elle se lève. La seconde d'après, une des filles la plus proche de Cassandra se retrouve plaquée au mur, et avant que qui que ce soit n'ai pu vraiment réagir, Clarisse lui tranche la gorge avant de lui prendre un petit sachet de poudre, dissimulé dans son soutien-gorge. Un sourire aux lèvres, elle balance le pochon à Cassandra, avant de se faire maîtriser au sol par un gardien. « J'ai fais mes preuves. » déclare-t-elle, avant de se faire emmener en isolement, où elle restera pendant plusieurs semaines. Effectivement, elle a fait ses preuves, étouffant dans l’œuf les plans du gang rival en tuant leur mule. Meurtre volontairement commis devant les yeux des plus influents du bloc, comme pour faire passer un message. Lorsqu'elle sort d'isolement, les choses changent radicalement pour elle. Non seulement, elle rejoint le gang, mais elle gagne une place de choix auprès de Cassandra. Plan réussi. Le reste n'est plus que vengeance et coup bas, intimidation et guerre de territoire.


Août 2018 -  Minnesota – Prison fédérale pour femmes, QHS

« J'imagine que je n'ai pas le droit à une libération anticipée, hm ? Pourquoi je suis là. » On lui présente un dossier. Il est question d'une ville, et de conditions un peu étranges, mais elle ne lit qu'à moitié ce qu'elle a sous les yeux. Clarisse arque un sourcil, et l'agent prend la parole. « Vous avez un choix à faire, Mme Danies. Continuer à purger votre peine ici, ou accepter d'être transférée à Praedam Hill. Une ville somme toute banale, à l'exception du fait que vous ne pourrez pas la quitter. » Elle fronce les sourcils. « C'est quoi l'arnaque ? » L'agent sourit, en reprenant le dossier. « Le choix vous appartient. Vous avez une semaine pour vous dé... » « Non, mais je vais pas prendre une semaine. Vous me proposez de quitter ce trou pour une ville. J'accepte. Je dois signer où ? » Elle n'est pas stupide. Elle sait qu'il y a une arnaque derrière. Mais elle est fatiguée de la prison, des guerres de gang, de devoir être constamment sur ses gardes. Si elle savait... Elle signe un document, les formalités sont remplies, et le transfert est organisé. D'autres détenus de QHS ont accepté le même contrat, dont Cassandra. D'autres ont eu la folie - ou bien est-ce de la lucidité ? - de refuser.

Et dans le bus blindé qui les transfère, Clarisse ne peut s'empêcher de lancer un clin d’œil à Cassandra. C'est une nouvelle vie qui commence, après tout... n'est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence Storm
# I PROMISE YOU
the sun will shine on us again

avatar
# I PROMISE YOUthe sun will shine on us again
▼ Crédit Avatar : Leria <3

▲ Bavardages : 288

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 19:15
Bienvenue parmi nous avec ce personnage qui a l'air haut en couleur J'ai hâte d'en apprendre plus sur ta demoiselle

Bon courage pour la rédaction de ta fiche et si tu as la moindre question, n'hésite surtout pas


The Sun Will Shine On Us Again
Revenir en haut Aller en bas
Mihai L. Angelescu
#MUTANT — MAIS PAS DEUX ?

avatar
#MUTANT — MAIS PAS DEUX ?
▼ Crédit Avatar : Jo (Scénary) <3

▲ Bavardages : 257

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 19:20
Bienvenue sur le forum avec ce perso prometteur ça donne envie d'en savoir plus et qui sait, de découvrir ta miss au détour d'un (ou plusieurs soyons fous) rp
En attendant, bon courage pour ta fiche



EMPTY SPACE IN ALL ITS GRACE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
http://callme-legend.forumactif.com/t126-i-kept-everything-insid
Clarisse A. Danies
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 17

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 19:26
Trop de pression sur mes épaules, maintenant
Merci à vous pour l'accueil, j'espère que Clarisse sera à la hauteur de vos attentes.
Et soyons fous, Mihai, c'est bien la folie, je te réserverais autant de rps que tu voudras !
Revenir en haut Aller en bas
Caly Ruthven
#VAMPIRE — A PETITE DOSE ?

avatar
#VAMPIRE — A PETITE DOSE ?
▼ Crédit Avatar : Moi même

▲ Bavardages : 81

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 21:27
Bienvenue à toi petite humaine (enfin pas si petite )

Personnage prometteur ! Espérons que Caly ne soit pas tentée de te croquer !


Do you want to learn more about me ?



(c)codage de Libella de Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Clarisse A. Danies
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 17

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 22:27
Merci à toi

Je crois que Clarisse se laisserait volontiers mordre par Caly
Ahem, non, plus sérieusement, qu'elle reste loin du cou de ma mafieuse
Revenir en haut Aller en bas
Mona Lisa Sforza
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : SWAN.

▲ Bavardages : 227

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 22:33
Han j'aime déjà tellement ton perso Son caractère, son prénom, sa frimousse, son histoire... T'façon j'ai un faible pour les gangsters. Donc un gros bienvenue à toi !
J'ai hâte de voir ta petite Clarisse évoluer sous le Dôme, en espérant qu'elle croisera la route de ma Mona (qui a aussi un passif dans la pègre, à un grade moins prestigieux haha)


❝à mi-distance de la misère et du soleil❞
Vous n’êtes pas exceptionnels. Vous n'êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique. Vous êtes faits de la même substance organique pourrissante que tout le reste. ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Clarisse A. Danies
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?

avatar
#HUMAINE — TROP HUMAINE ?
▼ Crédit Avatar : Schizophrenic

▲ Bavardages : 17

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 22:41
Ca me fait tellement plaisir de voir que Clarisse plaît.
Et nous n'aurons qu'à faire en sorte que leurs routes se croisent, alors ! Merci beaucoup à toi
Revenir en haut Aller en bas
Caly Ruthven
#VAMPIRE — A PETITE DOSE ?

avatar
#VAMPIRE — A PETITE DOSE ?
▼ Crédit Avatar : Moi même

▲ Bavardages : 81

MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   Sam 18 Aoû - 22:50
J'adore ta fiche, vraiment ta demoiselle est fort intéressante !

Et Caly pourrait bien lui trouver un certain intérêt, d'une façon ou d'une autre. Si jamais tu as envie d'un lien n'hésite pas à me contacter !


Do you want to learn more about me ?



(c)codage de Libella de Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die   
Revenir en haut Aller en bas
 

It's a brand new day, all the birds are singing that you're gonna die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Call Me Legend ::  :: Présentations :: Les Validés-